plantes-depolluantes
Plantes dépolluantes : mythe ou réalité?

Plantes dépolluantes : mythe ou réalité?

Comment faire pour avoir un air intérieur sain? Est-ce que la présence de plantes vertes peut faire la différence?

L'hiver, nous passons bien plus de temps à l'intérieur de la maison. Et puisqu'il fait froid dehors, nous ouvrons généralement peu ou pas nos fenêtres. Conséquence : l'air que nous respirons à l'intérieur n'est pas renouvelé.


Les contaminants et les méchants volatiles invisibles

L'air est essentiel à la vie humaine. Aussi, on s'attend à ce que l'air qu'on respire soit pur, surtout dans notre propre maison. Malheureusement, nos activités quotidiennes font en sorte que des polluants, dont des COV (composés organiques volatiles) et des ondes électromagnétiques se retrouvent dans l'air que nous respirons.



Ce graphique présente les polluants (dans le cercle au milieu) ainsi que leurs sources. Je présente ici les principaux polluants, ceux dont on entend le plus parler, notamment pour leurs impacts potentiels sur la santé. Certes, on ne peut pas éliminer du jour au lendemain tous les polluants de nos maisons mais on peut facilement adopter certaines bonnes pratiques, notamment l'utilisation de produits nettoyants naturels; le bicarbonate de soude et le vinaigre blanc sont d'excellents alliés pour le ménage, et un simple four peut s'acquitter de bien des tâches confiées inutilement au four à micro-ondes. L'ajout de plantes vertes à son décor peut aussi faire partie de cette liste de bonnes pratiques. Comment?


Le rôle des plantes

L'ouverture de Florilège, Jardinerie urbaine, notre boutique située dans le quartier St-Henri à Montréal, est d'abord une histoire de passions que Rosanna et moi avions envie de partager : passion pour la nature, passion pour l'environnement, passion pour les fleurs, et évidemment, passion pour les plantes. Donc pour nous, le tout premier rôle d'une plante... c'est d'abord d'apporter du bonheur! :D

Il est toutefois intéressant de savoir que les plantes peuvent aussi jouer un rôle sur la qualité de l'air de nos maisons.

Grosso modo, les feuilles absorbent les polluants et les micro-organismes, contenus dans les racines, et les enzymes présents dans la plante transforment et dégradent ces polluants en nourriture pour la plante. Grâce à ce mécanisme, combiné à l'effet de la lumière, de l'oxygène est rejeté dans l'air par un phénomène de transpiration, et le tour est joué!

Il ne faut pas sous-estimer nos végétaux; ils ont une intelligence qui leur permet d'aller droit au but et ils se sont incroyablement bien adaptés à leur environnement, au fil de l'évolution. La plante procède toujours à ce processus de décontamination. Cependant, pour qu'il y ait un impact réel sur l'air que nous respirons, une seule plante ne suffit pas.


Quelle efficacité?

D'après un article paru dans Espace pour la vie sur les travaux de recherches du Dr Wolverton de la NASA (un pionnier en ce qui concerne les recherches sur la capacité des plantes à purifier l'air) et John R.Girman de l'Environmental Protection Agency, iI faudrait 680 plantes pour purifier l’atmosphère d’une maison standard de 139 m2. Ouïlle!

Pour sa part, l’Associated Landscape Contractor of America (ALCA) conseille d’utiliser une plante pour chaque 9,29 m2, soit quelque 15 plantes pour une maison standard.

Cette énorme différence repose sur le calcul du volume d’air à traiter. Dans les expériences de Wolverton, chaque plante purifie en moyenne 0,5 m3 d’air. Donc, pour obtenir un bon rendement dans une maison standard de 340 m3 d’air, on arrive à 680 plantes. Avec le calcul de l’ALCA, chaque plante dépolluerait plutôt 23 m3 d’air. 

Alors quoi penser?

Si toutes ces données vous (et nous!) donnent mal à la tête, retenez simplement que quelques plantes dans le salon ne suffiront pas à assainir complètement l'air de votre maison (à moins d'avoir une minimaison!).

Retenez aussi que chaque plante participe à une meilleure qualité de l'air. Donc on ne peut pas se tromper!

On peut aussi s'amuser à optimiser l'impact en choisissant bien l'emplacement de nos plantes. Quelques plantes sur le bureau, près de l'ordinateur, aideront sans doute à absorber les ondes.


Choix de plantes dépolluantes

Voici une liste de plantes qui ont prouvé leur efficacité en matière de purification. Les cases en vert représentent les pièces où les plantes seront le plus utiles. On peut évidemment choisir de les placer dans une autre pièce pour des raisons esthétiques ou en fonction de la luminosité. Plusieurs plantes d'intérieur ont besoin d'une bonne lumière mais pas nécessairement de soleil. Certaines plantes sont mieux adaptées aux coins plus sombres, comme le Spathiphyllum, le Rhododendron, le Dracaena, le Ficus, le Pothos, le Philodendron ou la Sanseveria. La Crassula, et autres plantes grasses sont aussi excellentes pour le bureau car elles captent les ondes wifi et ont seulement besoin d'une belle luminosité sans soleil direct.




Alors? On verdit la maison ou pas?

Pour revenir au titre de notre billet, le mythe, c'est de penser que quelques plantes suffisent à assainir l'air de la maison au grand complet. La réalité, c'est qu'il y a beaucoup de contaminants dans nos maisons; si les plantes peuvent en absorber une partie, c'est déjà mieux que rien!

De plus, poser le regard sur de belles plantes vertes à l'intérieur de la maison en plein hiver, ça fait du bien au moral... et ça occupe! Il a été prouvé que le simple contact avec une plante améliore le bien-être de l'humain. Dans une interview accordée sur les ondes de Radio-Canada, le Dr François Reeves (cardiologue au CHUM) déclarait que : « Plusieurs aspects de la santé (sociologiques, développement mental, troubles dépressifs, convivialité entre voisins, taux de criminalité) sont invariablement améliorés quand les gens sont en contact avec les espaces verts. »

En ce qui concerne la qualité de l'air de nos maisons, la solution infaillible, simple et gratuite, est d'ouvrir les fenêtres pour une dizaine de minutes, matin et soir. Il suffit de songer à baisser le chauffage pendant ce temps et à protéger du courant d'ail les plantes plus fragiles au froid.

En conclusion, le calcul est simple : AÉRATION MATIN ET SOIR + ASSORTIMENT DE PLANTES VERTES = AIR DE BONNE QUALITÉ et plaisir assuré!


Marion


Références :

https://espacepourlavie.ca/plantes-dinterieur-et-qualite-de-lair

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/805804/plantes-sante-pollution-travail-bureau

https://fb.watch/aTZvs_myvF/